Ces pages vous offrent un aperçu de l'activité du cabinet.

 

AMENDE FISCALE POUR ENCAISSEMENTS ESPECES – 2005, 2006, 2007

A la suite d’une vérification de comptabilité, la société a reçu un avis de mise en recouvrement portant sur la somme globale de 74 476,00 €, en raison d’encaissements en espèces au titre des exercices vérifiés.

Après rejet de la réclamation contentieuse et saisine de la juridiction administrative, le tribunal prononce la décharge de l’amende de 50% réclamée.                                                                                                                                                                                     Dégrèvement : 69 964,00 €

 

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE – RETRAIT D’AGREMENT

En avril 2002, la société se voit retirer son numéro d’agrément d’organisme de formation professionnelle continue par la Direction Régionale du Travail, à compter du 15 avril 2000.

Après saisine du Préfet d’une demande d’annulation de la décision de retrait, puis saisine du Tribunal administratif, du fait du rejet de la demande contentieuse, le Tribunal administratif prononce l’annulation de la décision de retrait du 15 avril 2002 et condamne l’Etat à verser la somme de 2.511,60 € à la société au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative.

                        Décision de retrait annulée, condamnation art. 700.

 

IMPOT SUR LES SOCIETES – TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE 1981, 1982, 1983, 1984

A la suite d’une vérification la société a fait l’objet d’impositions supplémentaires en nature d’impôt sur les sociétés pour un montant de 54.379 € et de TVA pour un montant de 6.139 €.

Après rejet de la réclamation contentieuse introduite par la société, le Tribunal Administratif de Lyon a été saisi d’une demande visant à voir constater l’irrégularité et la nullité du contrôle. Ce à quoi il a été fait droit et a conduit le tribunal a prononcer la décharge totale des impositions rappelées.                                                                                                                                                     Dégrèvement : 60 518,00 €

 

IMPOT SUR LES SOCIETES - TVA 1994, 1995, 1996

A la suite d’une vérification de comptabilité et de la décision de retrait d’agrément, la société s’est trouvé poursuivie en recouvrement forcé pour des impositions supplémentaires en nature de TVA d’un montant de 134.243,00 €.

Après reprise du dossier par le cabinet, postérieurement à un jugement du Tribunal administratif de Marseille confirmant le bien fondé des rehaussements notifiés, et au terme de l’instruction, le juge d’appel prononce la décharge des droits d’IMPOT SUR LES SOCIETES et de TVA assignés.                                                                                                                                                                                      Dégrèvement : 134 243,00 €

 

TVA 1997, 1998, 1999

A la suite d’un contrôle fiscal, la société se trouve poursuivie en recouvrement pour des impositions supplémentaires en nature de TVA d’un montant de 95.308,00 €

Après réclamation contentieuse rejetée et saisine de la juridiction administrative, et au terme de l’instruction, le tribunal prononce la décharge des droits de TVA assignés et condamne l’Etat à verser la somme de 1.000,00 € à la société au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative.                                                                                                                                                               Dégrèvement : 95 308,00 €

 

TVA 2000, 2001, 2002

A la suite d’un contrôle fiscal, la société se trouve actionnée en recouvrement pour la somme de 93.571 € pour des impositions supplémentaires en nature de TVA.

Après réclamation contentieuse rejetée et saisine de la juridiction administrative, et au terme de l’instruction, le tribunal prononce la décharge de la TVA assignée sur la période du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2002 ; et condamne l’Etat à verser la somme de 1.000,00 € à la société au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative.

      Dégrèvement :  93 571,00 €

Redressement judiciaire

A la suite du retrait de son numéro d’agrément, d’une vérification de comptabilité et de deux contrôles fiscaux, la société a été mise en redressement judiciaire sur assignation de l’administration fiscale.

Après avoir présenté un plan de continuation pendant la durée des divers contentieux portant sur neuf années, la société a été remise in bonis par le Tribunal de Commerce.

 

Impôt sur les sociétés - TVA

Suite à une vérification de comptabilité, la société fait l’objet de redressements en matière d’impôt sur les sociétés pour un montant global de 730.300,00 Francs (111.333,52 €), et de 42.419,00 Francs (6.466,74 €) en matière de TVA.

Après réclamation contentieuse rejetée et saisine de la juridiction administrative, au terme de l’instruction, le tribunal prononce la décharge totale des droits de TVA et d’impôt sur les sociétés assignés.

Dégrèvement : 117 800,26 €

 

Forfait agricole et plus-value des particuliers 1990, 1991, 1992

Suite à la vérification de comptabilité d’un GFA, ses membres ont fait l’objet d’une imposition supplémentaire de 111.241,00 Francs (16.959 €).

Après réclamation contentieuse rejetée et saisine de la juridiction administrative, au terme de l’instruction, le tribunal prononce la décharge totale des impositions supplémentaires.                                                                                                                                Dégrèvement : 16 959,00 €

 

DROITS D'ENREGISTREMENT – Marchand de biens

Suite à la vérification de comptabilité d’une SNC, un rappel de TVA de 324.358,00 Francs (49.448 €) a été mis en recouvrement.

Malgré un jugement du premier ressort lui étant favorable, suite à la reprise du dossier par le cabinet, l’administration prononce le dégrèvement total des impositions supplémentaires.                                                                                                        Dégrèvement : 49 448,00 €

 

CONTRIBUTIONS SOCIALES 1995 - 1996 - 1997

Suite à UN ESFP, le client étranger a fait d’une imposition supplémentaire en nature de contributions sociales pour un montant de 1.088.628,00 Francs (165.960 €). Après réclamation contentieuse, l’administration dégrève l’imposition.

Dégrèvement : 165 960,00 €

 

IMPOT SUR LE REVENU 1989, 1990, 1991 

A la suite d’un ESFP déclenché du fait d’achat de biens meubles et automobiles de luxe réglés pour la majeure partie en espèces, le client a fait l’objet d’une imposition supplémentaire en nature d’impôt sur le revenu de 156.709 € (1.027.943,00 Francs).

Après rejet de la réclamation contentieuse, le Tribunal Administratif de Marseille constate l’irrégularité et la nullité de la procédure de contrôle fiscal et fait droit à la demande de décharge totale des impositions.

Dégrèvement : 156 709,00 €

IMPOT SUR LE REVENU 1992

A la suite d’un contrôle sur pièces, le client a fait l’objet d’une notification d’imposition supplémentaire au titre de l’impôt sur le revenu d’un montant de 9.632,00 € (63.185,00 Francs).

Après intervention du cabinet, les redressements n’ont jamais été mis en recouvrement et la prescription de l’action en recouvrement a produit ses effets.                                                                                                                                                  9 632,00 € non mis en recouvrement.

 

IMPOT SUR LE REVENU 1995 - 1996 - 1997

Suite à un ESFP, le client étranger a fait d’une imposition supplémentaire en nature d’impôt sur le revenu de 11.429.128,00 Francs (1.742.359 €). Après rejet de la réclamation contentieuse, le Tribunal Administratif de Nice confirme le bien-fondé de l’imposition.

La Cour Administrative d'Appel de Marseille prononce la décharge partielle de l’imposition à hauteur de 182.986 €. Le client n’a pas voulu se pourvoir de cette décision pour tenter d’obtenir la décharge totale de l’imposition comme cela lui était suggéré.

Dégrèvement : 182 986,00 €

IMPOT SUR LE REVENU - CONTENTIEUX DU RECOUVREMENT - PRESCRIPTION

La cliente a fait l’objet de poursuites par voie de saisie-vente avec enlèvement immédiat des biens saisis.

Une opposition au procès-verbal de saisie vente est régulièrement formulée dans le délai légal, mais s’avère infructueuse.

Le Tribunal administratif de Paris, régulièrement saisi de la nature du différend persistant, confirme que la prescription de l’action en recouvrement est acquise, prononce la décharge de l'obligation de payer la somme de 6.423.838,09 € et condamne l’Etat à payer une somme sur le fondement de l’article L 761-1 du Code de justice administrative

La requête en appel du Ministre du Budget est rejetée. Le Ministre ne se pourvoit pas devant le Conseil d’Etat.

Une action en responsabilité de l’Etat pour faute lourde est en cours.

Dégrèvement : 6 423 838,09 €.

 

 IMPOT SUR LE REVENU – Prélèvements sociaux 2007, 2008, 2009

Le client associé d’une SCI, a fait l’objet de contrôle sur pièces suite auquel des impositions supplémentaires d’un montant de 58 716,00 euros ont été mises à sa charge et le recouvrement forcé a été engagé.

Après un premier rejet de la réclamation présentée par le client, le cabinet est intervenu par voie de réclamation contentieuse du 24 octobre 2013, qui a fait l’objet d’un rejet.

Devant le Tribunal Administratif, un dégrèvement partiel de 17 157,00 euros a été prononcé en cours d’instance.

Dans sa décision, le juge de l’impôt dit n’y avoir pas lieu de statuer sur le dégrèvement prononcé en cours d’instance, décharge le client du paiement des cotisations supplémentaires d’impôt sur le revenu et de contributions sociales ainsi que des pénalités y afférentes qui lui ont été assignées au titre des années 2007, 2008 et 2009 et condamne l’Etat au versement de la somme de 1 000,00 euros au titre de l’article 761-1 du code de justice administrative.

A la suite du jugement l’administration accorde le dégrèvement de la somme de 57 059,00 euros.

 Dégrèvement : 58 716, 00 €

 

IMPOT SUR LE REVENU – Prélèvements sociaux 2011-2012

Le client a fait l’objet d’une proposition de rectification emportant la remise en cause des impositions établies au titre des années 2007 à 2012, en matière de revenus fonciers.

Saisie d’un contentieux initié par le cabinet, l’administration qui avait déjà rejetée les demandes formulées par le client, prononce le dégrèvement des sommes supplémentaires découlant du contrôle sur pièces.

Dégrèvement : 24 878,00 €

 

 RENOVATION CADASTRALE

A la suite de l’opération de rénovation cadastrale, la cliente domiciliée à l’étranger a vu sa propriété en France, amputée d’une superficie de 24a 86ca, sur une contenance totale de 53a 23ca.

Après reprise du dossier postérieurement à une décision du Tribunal administratif l’ayant déboutée de toutes ses demandes, et rejet de la nouvelle réclamation contentieuse, la juridiction administrative, reconnaît la parcelle amputée comme étant la propriété de la cliente.

 

TAXE D'HABITATION 2006 à 2010

La cliente s’est trouvée actionnée en recouvrement forcé pour des impositions en nature de taxe d'habitation pour les années 2006 à 2010, pour un montant global de 14.688,68 euros.

Un contentieux fiscal a été initié.

Suite au rejet de la demande contentieuse le Tribunal administratif de Paris, saisi d’une requête visant à voir prononcer la décharge des impositions, rejette la demande, le 2 octobre 2012 au motif que la réclamation était tardive.

Le comptable public notifie alors une lettre recommandée avec accusé de réception, l’informant que compte tenu du rejet de la demande elle restait redevable de la somme de 11.630,23 euros. Ce courrier n’a pas été réclamé par son destinataire.

Par requête enregistrée le 25 novembre 2013, le Tribunal administratif de Paris a été saisi d'une nouvelle demande tendant à prononcer la décharge des cotisations de taxe d'habitation au titre des années 2006 à 2010.

Par décision du 1er octobre 2014, le Tribunal administratif de Paris a rejeté la requête. Cette décision a été frappée d’appel et la procédure est toujours en cours.

Le 3 décembre 2014, le comptable public a fait délivrer deux mises en demeure tenant lieu de commandement :

- l’une, au titre des taxes d'habitation, majorations et frais de poursuite 2006, 2007, 2008 portant sur une somme totale de 7.877,68 euros,

- l’autre, au titre des taxes d'habitation, majorations et frais de poursuite 2009 et 2010 portant sur une somme totale de 6.811,00 euros.

Une réclamation préalable aux fins de contestation de ces deux mises en demeure a été formulée, à réception.

En réponse, le directeur régional des finances publiques confirme qu'une lettre de rappel avait été adressée, concernant les taxes d'habitation 2006, 2007, 2008 et 2009 et, précise que si ce pli a été retourné au service des impôts revêtu de la mention postale "non réclamé", il devait toutefois être considéré comme régulièrement notifié à la date de sa première présentation. En revanche, il reconnait qu’aucune lettre de rappel n'a été délivrée en ce qui concerne la taxe d'habitation 2010 ; ce pourquoi la réduction partielle des causes de la mise en demeure (2010) est décidée avec maintien du surplus des impositions (2006, 2007, 2008 et 2009) d’un montant de 11.630,23 euros.

Le Comptable public est alors assigné devant le juge de l'exécution, aux fins d’annulation des mises en demeure du 3 décembre 2014, de condamnation aux entiers dépens ainsi qu’au paiement de la somme de 1.000 euros sur le fondement de l'article 700 du Code de procédure civile.

A l'audience du 25 juin 2015, dans les intérêts de la cliente, il était fait valoir que :

- les mises en demeure devaient être annulées, faute de lettre de relance préalable (article L. 257-0 B du livre des procédures fiscales) ;

- la lettre, datée du 25 octobre 2012, invoquée par le service des impôts est irrégulière au regard des dispositions prévues par le Bulletin officiel des finances publiques-Impôts ;

- seul le juge de l'exécution, et non la juridiction administrative, est compétent pour connaître des conséquences de l'irrégularité alléguée à raison du défaut de mentions suffisantes ;

- les effets du courrier du 25 octobre 2012 sont en toute hypothèse caducs depuis le 26 août 2013, date à laquelle une réclamation préalable assortie d'une demande de sursis de paiement a été formée, puisqu’aux termes de l'article 277 du livre des procédures fiscales, le bénéfice du sursis de paiement, qui est de droit, produit tous ses effets jusqu'à ce qu'une décision définitive ait été rendue ce qui est bien le cas de l'espèce, à défaut de décision définitive rendue sur les taxes d'habitation litigieuses ;

- n’ayant pas été touchée par la lettre du 25 octobre 2012, celle-ci doit être réputée inexistante ;

- il n'est pas justifié de la publication de la nomination du comptable public dans la fonction publique de l'Etat, carence qui peut être évoquée pour la première fois devant le juge de l'exécution, ayant compétence pour en connaître au sens de l’arrêt de la Cour de cassation (chambre commerciale, 9 décembre 2014, n° 13-24365) ;

- c’est en vain qu’il est versé aux débats une pièce établissant la publication le 2 avril 2015 au Bulletin officiel des finances publiques-Impôts d'un arrêté du 18 novembre portant mutation, réintégration, mise ou maintien en service détaché dans l'emploi de chef de service comptable des finances publiques d'inspecteurs divisionnaires des finances publiques hors-classe comportant en page 4 le nom du comptable public nommé à compter du 23 janvier 2012 ;

- la publication au BOFIP n'est intervenue qu'à une date postérieure à celle des mises en demeure du 3 décembre 2014, alors que la Cour de cassation exige que la nomination du comptable public soit déjà publiée lorsqu'un commandement est publié, sous peine de nullité de cet acte ;

- la publication étant postérieure à la date des mises en demeure celles-ci doivent bien être annulées ;

Par décision du 22 juillet 2015, n° 15/81504, rendue au visa des articles R.281-1, R.281-3-1, R.281 -4, R.281 -5, L.257-0 A, L.281 du livre des procédures fiscales, et 28 de la loi du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l'Etat, le Juge de l'exécution près le Tribunal de Grande Instance de PARIS, reprenant la jurisprudence de la Cour de cassation précitée, dit que le défaut de publication d'un acte administratif à caractère réglementaire ne constitue pas un vice propre de cet acte. Les tribunaux de l'ordre judiciaire sont donc compétents pour constater le cas échéant une publicité incomplète d'un tel acte et l'annulation d'une mise en demeure valant commandement de payer, dès lors qu'elle est demandée pour une telle irrégularité de forme, relève de la compétence du juge de l'exécution ;

Déduit des pièces versées aux débats que l'arrêté de nomination du 18 novembre 2011 portant nomination du comptable public n'a été publié au Bulletin officiel des finances publiques que postérieurement à l'envoi des mises en demeure litigieuses, mettant ainsi la débitrice dans l'impossibilité de vérifier l'existence de la nomination et lui causant par conséquent un grief ;

En conséquence, prononce l’annulation desdites mises en demeure litigieuses, condamne le comptable public à verser la somme de 500 euros au titre des frais irrépétibles, le condamne à supporter les dépens de l’instance.

 

Dégrèvement : 3.058,45 € et décharge de 11.630,23 €